ACCUEIL     |       SCENE      |       TEXTE      |         FILM   

    SPECTACLE VF TEXTE RUSSE EN TOURNEE EN FRANCE



oxygene

Le spectacle

Dramaturge russe parmi les plus provocateurs de sa génération, Ivan Viripaiev signe une diatribe chantée vivement politisée. Quelques mois après la création du spectacle Kislorod à Moscou par Viktor Ryjakov, Galin Stoev metteur en scène d’'origine bulgare monte à Bruxelles la version française du texte sous le titre Oxygène.
Le flot de paroles et de rythmes s’'attèle à circonscrire les « paramètres de la nouvelle confusion mondiale ». En prétexte, le texte oppose un garçon de la province profonde à une moscovite des sphères huppées. Ce fiévreux récital de rap interpelle l’Histoire du monde et son actualité, évoque le conflit israélo-palestinien comme les attentats du 11 septembre 2001.

Dix chansons, tels dix contre-commandements vindicatifs et drôles, scandés, proférés par trois acteurs et un D.J. qui triturent d’'inconciliables différences et complémentarités flagrantes : passé contre avenir, terrorisme contre globalisme.




La presse

ETRANGLEMENT DU SENS
Avec Oxygène, le russe Ivan Viripaev empale, en un flux de mots, un XXIe siècle asphyxié. Le bulgare Galin Stoev met en scène cette vertigineuse partition musicale, interprétée par trois acteurs et un DJ.


Les protagonistes d'Oxygène dialoguent, se déchaînent en assertions et supputations qui se cognent, rebondissent, s'opposent. Le procédé imaginé par l'écrivain est saisissant : les contradictions pullulent, le paradoxe est roi. Sans cesse, le sens fait mine d'apparaître et fuit aussitôt en un incoercible et déstabilisant mouvement de glissement. Mais c'est la mise en scène qui confère à cette pièce toute sa puissance polémique et philosophique. Parce que Galin Stoev, né en Bulgarie en 1969 et établi en Belgique, a pris le parti d'instaurer une distance entre la gravité des sujets soulevés et leur traitement scénique. Devant un micro planté dans un espace dépouillé, deux acteurs s'adressent au public. Ils parlent, chantent, catapultent le texte sur les sonorités techno d'un DJ et sous le regard d'un meneur de jeu. Leur voix se fait sobre, mutine, sensuelle. Leur corps disjoncte malicieusement en gestes décalés ou hip-hoppe quelques pas de danse. Et leurs lèvres sourient quand le sang, quand le meurtre gagne du terrain.
Cet écart entre fond et forme, d'une absolue pertinence, tisse un espace pulsatile où louvoie la pensée du spectateur. De manière non pas rationnelle, mais sensorielle : à la logique cartésienne se substitue la musique. D'autant que la vitesse du débit des acteurs occulte certains mots. Le spectateur, qui cherche à comprendre ce qui échappe, comprend en même temps que ça échappe. Qu'est-ce qui fait suffoquer nos poumons ? La corrosive atmosphère d'un monde délétère ou la condition humaine ? Vertige !
Sabrina Weldman - MOUVEMENT.NET - 16/11/2006






Oxygène
(Kislorod)

Texte russe
Ivan Viripaev
Traduction française
Elisa Gravelot
Tania Moguilevskaia
Gilles Morel


Mise en scène
Galin Stoev
Musique originale
Gilles Collard

Avec
Céline Bolomey
Antoine Oppenheim
Gilles Collard


Production déléguée
Cie FINGERPRINT Bruxelles

Créé en septembre 2004 au Théâtre Marni - Bruxelles
Avec l'aide

du Ministère de la Communauté Française de Belgique - Service du Théâtre, de la Cie Fraction,du CIFAS et du Théâtre Marni Bruxelles
Avec le soutien à la diffusion
du CGRI Belgique et de l'ONDA France

Prix
Prix "Max Parfondry" Festival Emulation 2005
Théâtre de la Place - Liège





fullversion
EXTRAIT VIDEO 3 MN






COMMANDER
LE TEXTE



CRITIQUES
MOUVEMENT 16/11/2006
SITARTMAG 18/11/2006
LE COURRIER 04/03/2010
LE TEMPS 05/03/2010




CALENDRIER DE TOURNEE




Le texte
Et en chaque homme, il y en a deux qui dansent : le droit et le gauche.
Le premier danseur, c'est le droit, l'autre c'est le gauche. Les deux poumons du danseur. Deux poumons. Le poumon droit et le gauche. Et en chaque homme il y en a deux qui dansent : son poumon droit et son poumon gauche. Les poumons dansent, l'homme reçoit de l'oxygène. Si on prend une pelle, et qu'on frappe l'homme sur la poitrine au niveau des poumons, alors les danses s'arrêtent. Les poumons ne dansent pas, l'oxygène n'arrive plus.


 

     IVAN VIRIPAEV / TEXTES en traduction française




 

     IVAN VIRIPAEV / SPECTACLES sur les scènes francophones saison 2019/20




 

     IVAN VIRIPAEV / SPECTACLES sur les scènes francophones saisons précédentes




 

     IVAN VIRIPAEV / SPECTACLES sur les scènes dans le monde




 

     IVAN VIRIPAEV / FILMS sur les écrans




 


le theatre russe par Gilles Morel depuis 2006 - tous droits reserves